Blog Medfut logo
 
 

Pourquoi l’homme n’ira pas (tout de suite) sur Mars - 9 août 2012 | Billets d'humeur   Médical   

12

À l’occasion de l’arrivée en grande pompe du robot spatial Curiosity sur la planète Mars, il me semblait intéressant de revenir sur les prévisions à long terme concernant les missions humaines sur notre planète sœur. Depuis le début de l’ère spatiale, les humains (je veux dire les Américains) ont voulu, espéré, désiré, envoyer des hommes sur la planète rouge. Et récemment, le Président Obama confirmait son souhait de voir l’arrivée d’astronautes sur Mars aux alentours de 2030.

Or, il me semble que ce timing ne pourra pas être respecté. Pire, je vois mal comment nous ferions pour envoyer certains de nos concitoyens dans une planète située à plus de 50 millions de km (voire 400 millions en position éloignée) et ce, avant une bonne cinquantaine d’années.

Et je ne parlerai ici, pas de considérations économiques en ces temps de crise quand l’on sait que le simple projet Curiosity aura coûté la bagatelle de 2,5 milliards de dollars. Je ne parlerai également pas des détails techniques où l’on apprend que le dernier Iphone 4GS est plus puissant que toute la technologie informatique embarquée au sein du module interplanétaire. Je n’évoquerai pas non plus les problèmes énergétiques liés à l’utilisation de carburants chimiques pas du tout adaptés à la complexité d’un si long voyage.

Non, étant médecin et spécialiste en médecine nucléaire et donc en radioprotection, je parlerai uniquement des problèmes biologiques et médicaux liés à la durée de tels voyages dans l’espace. Ici, sur terre , nous avons la chance d’être protégés des rayonnements cosmiques par un bouclier électromagnétique situé autour de notre planète. Or, dès qu’on s’élève dans le ciel et que nous entrons dans l’espace, nous nous éloignons de plus en plus de ce bouclier protecteur et sommes ainsi de plus en plus soumis à l’agression des particules cosmiques hautement énergétiques qui font la loi dans le cosmos. Ces particules énergétiques sont en grande partie produites par notre étoile – le Soleil – et par les supernovae, très loin de nous.

En quoi est-ce un problème ? Nos cellules contiennent plus ou moins toutes une information génétique précise qui permet à chacune d’entre elles de se diviser, de se répliquer à l’identique. Notre ADN est cependant une structure fragile qui peut facilement être endommagée par exemple sous l’impact des rayons dits ionisants ou si vous voulez des rayons cosmiques (si vous êtes dans l’espace). Or si notre ADN est abîmé sous l’impact des rayons, cela peut mener au développement de cellules anarchiques et donc au développement de cancers. Dans notre domaine, nous utilisons une unité de référence pour quantifier l’importance de l’exposition aux rayonnements ionisants : le Sievert (Sv). 

Pour vous donner un ordre de comparaison, en France (et dans le reste de l’Europe), la dose moyenne annuelle absorbée par tout un chacun en raison du rayonnement naturel est de l’ordre de 3 mSv (= 0,003 Sv). La dose absorbée par un astronaute lors de la mission spatiale Apollo était de 1,5 mSv par jour ! Cela nous donne une dose annuelle de 550 mSv soit une dose d’irradiation 180 fois plus élevée que celle mesurée sur notre plancher des vaches.

Et l’on sait également que le risque de cancer augmente progressivement avec la dose d’irradiation encaissée par l’organisme : les experts de l’ICRP qui ont pu suivre les populations japonaises après l’explosion des deux bombes atomiques estiment que le risque de cancer commence à apparaître à partir d’une dose de 200 mSv et que le risque de développer un cancer au cours de la vie est de 5 % par Sv. Or, si nous calculons bien : un voyage aller-retour vers Mars durerait en moyenne 1,5 an avec 550 mSv par an. Cela nous donne un peu moins de 1 Sv et donc un risque de 5 % de développer un cancer au cours de sa vie. Sachant qu’en moyenne le risque de développer un cancer au cours de sa vie est de 45 % (et d’en mourir de 23 %), vous me direz que ce n’est pas beaucoup mais 4 à 5 % de risque de cancer en plus, ce n’est pas rien surtout si on sait que ce type de cancer peut se révéler fort agressif et difficile à traiter.

Bref, tant qu’on n’aura pas solutionné tous les problèmes soulevés plus haut et en particulier qu’on n’aura pas inventé/créé un meilleur matériau radioprotecteur, il me semble assez compliqué d’envisager le fait même d’envoyer des êtres humains dans l’espace pour de longues périodes. (Erard le Beau de Hemricourt)

Related Posts:

 

Erard le Beau de Hemricourt
Suivez-moi aussi sur santenews.eu

 

12 Commentaires

I LOVE YOUR ARTICLES , WE NEED PEOPLES LIKE YOU …

DOINA - 24 novembre 2012 à 0 h 43 min

Great website. Lots of helpful information here. I am sending it to several buddies ans also sharing in delicious. And obviously, thank you in your sweat!

tue - 27 octobre 2012 à 14 h 56 min

I have been absent for a while, but now I remember why I used to love this blog. Thank you, I will try and check back more often. How frequently you update your site?

best eyelash growth - 4 octobre 2012 à 19 h 10 min

Excellent blog! Do you have any recommendations for aspiring writers? I’m hoping to start my own blog soon but I’m a little lost on everything. Would you recommend starting with a free platform like WordPress or go for a paid option? There are so many choices out there that I’m completely overwhelmed .. Any tips? Appreciate it!

vpn service - 4 octobre 2012 à 12 h 35 min

you are in reality a excellent webmaster. The web site loading velocity is incredible. It sort of feels that you’re doing any distinctive trick. Moreover, The contents are masterwork. you have performed a excellent task in this subject!

Amazon Kindle Fire HD coupon code - 3 octobre 2012 à 20 h 08 min

Ditto above.

Tony deWitt - 2 octobre 2012 à 13 h 51 min

I simply want to say I am all new to blogging and honestly savored you’re web blog. Almost certainly I’m planning to bookmark your site . You surely come with tremendous writings. With thanks for sharing your blog site.

Marquis Lange - 26 septembre 2012 à 19 h 05 min

Hi are using WordPress for your site platform? I’m new to the blog world but I’m trying to get started and set up my own. Do you need any html coding knowledge to make your own blog? Any help would be really appreciated!

Amedar - 9 septembre 2012 à 4 h 33 min

Pour l’exploration d’un autre systeme solaire, ce ne sera pas avant au moins 2200 voire 2300 car la première étoile proche de notre soleil se trouve ‘quand même’ à 2500 fois la distance Terre-Mars !!!

Erard - 12 août 2012 à 10 h 09 min

Mars,ou le rêve américain vu par les Américains.Vu l’absence de bouclier magnétique et à défaut de faire appel à « Ma sorcière bien-aimée »,mieux vaut arrêter les frais sur Mars.Une petite tempête solaire sur Mars et on fini en grillades :) Et si on allait à l’exploration d’un autre système solaire dans la galaxie ?

de Hemricourt Aida - 12 août 2012 à 4 h 03 min

EXCELLENT ARTICLE***

Daphne le Beau - 10 août 2012 à 1 h 05 min

Laisser un commentaire

Commentez cet article

 

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur TwitterFil RSS